Domi et Pierol au tour du monde

Novembre 2009 – Novembre 2010
Abonnez-vous

You are currently browsing the Wouaw category.

Hampi, Badami et Goa (du 05/08 au 11/08)

Quelle course !

Apres avoir finalement obtenu notre billet Bangalore-Hampi grace au quota d’urgence, nous voila a Hampi, petite bourgade en bordure d’un magnifique site archeologique. 

La campagne environnante est tout simplement epoustouflifiante de jungleur.  Serieusement, c’est magique : paysages verts parsemes d’enormes formations rocheuses, de petits sentiers de terre rouge flamboyant, de palmiers par milliers, de buffles paissants, le tout arrose par quelques rivieres sinueuses.  Et pour ne rien gacher, ca et la, de magnifiques vestiges de temples hindous dedies a Vishnu, Krishna, Ganesh et tous leurs potes.  Splendide, on ne vous dit que ca !

On est au paradis, seuls dans ces decors gradioses qu’on prend plaisir a decouvrir en sortant des sentiers battus.  En tout, on aura passe la trois jours d’exploration, de shopping pour la boutique… et de repos pour Pierol qui s’acclimate moins bien que prevu a l’hygiene alimentaire indienne.

Cap ensuite sur Badami, 6 heures a bord d’un bon vrai bus indien pourri :-).  L’avantage des transports locaux c’est qu’on y fait toujours des rencontes rigolotes, surtout que les indiens sont treeeees curieux.  On ne les comprend pas toujours parfaitement, mais les echanges sont sympas. 

Arrivee a Badami, donc.  Horrible village.  Pour resumer : trottoirs ressemblant a des depotoirs, cochons baignant dans des flaques de crottes, enfants jouant avec les cochons dans les dites flaques, circulation impossible, et nuisances sonores insupportables… c’est tout ca, Badami.

Mais c’est aussi un site incroyable quand on s’eloigne du centre.  Des grottes-temples creusees a meme la montagne avec des gravures de divinites hindoues et des hordes de singes s’improvisant gardiens.  Un lac artificiel autour duquel tout le monde s’agite : on y lave son linge, ses vaches, soi-meme… Resultat : la couleur de l’eau a largement perdu de son naturel, et de la mousse verte fluo s’agglutine par endroits, mais vu de la colline l’ensemble reste superbe.

A quelques dizaines de kilometres de Badami, se trouve Pattadakal, un autre site dont on ne vous donnera pas l’historique, tellement on a du mal a s’y retrouver nous-memes.  Superbe egalement, de nouveau aucun touriste, un temps merveilleux… tout ce qu’on aime.

Le temps presse, on quitte notre hotel pourri de Badami direction Goa.  On pensait mettre 5 heures en bus direct, mais on oubliait, ici c’est Incredible India ! 9 heures et deux bus plus tard, donc on arrive creves a Panaji, capitale de l’etat de Goa. 

Ancienne colonie portugaise, cette ville est bien differente de tout ce qu’on a pu voir jusqu’ici.  Des petites eglises colorees, des rues propres, et meme quelques terrasses ou boire un verre.  Question gastronomique, on s’essaye a la saucisse goanaise, sorte de hache de chorizo a l’indienne… un vrai delice.  On y poserait bien nos bagages plus longtemps, mais notre avion pour Delhi part deja le lendemain. 

Il nous fallait poster le colis de la boutique, on n’aura donc pas eu le temps de visiter Old Goa que Domi avait tant aime il y a 4 ans, mais l’envoi d’un colis par la poste indienne est une attraction en soi.  Petit mode d’emploi :

  • Aller a la poste avec les paquets (jusque la, ca va !)
  • S’entendre dire qu’ils n’ont pas de caisses, mais qu’on peut aller faire emballer le colis dans la rue d’a cote
  • Touver l’emballeur dans la dite rue d’a cote
  • Constater que les caisses proposees sont des vieilles boites de Jack Daniels
  • Raler un peu et apprendre qu’ils vendent des belles caisses a la poste
  • Retourner a la poste et attendre qu’on daigne nous montrer les caisses neuves… qui s’averent pas bien grandes et pas bien neuves.
  • Retourner chez le petit vieux de la rue d’a cote et choisir avec attention sa caisse pourrie
  • Re-retourner a la poste avec le colis, et apprendre qu’il n’est pas reglementaire, qu’il doit etre – attention c’est du lourd ! – emballe dans un linge… de coton… blanc… cousu sur mesure !!!
  • Re-retourner chez le petit vieux qui se fera un plaisir de prendre les mesures de la caisse sous toutes ses coutures et de lui confectionner un joli petit habit postal
  • Re-re-retourner a la poste pour envoyer le colis ainsi enturbanne… par avion, parce que vous comprenez, la Belgique n’est pas desservie par bateau (?!)

Duree de l’operation : plus de deux heures, en stressant de rater l’avion.  Incredible India, disent les slogans :-)

Apres un vol mouvemente une fois de plus (saloperie de mousson), nous voici a Delhi sous la pluie et dans la crasse.  Mais pas pour longtemps, on a prevu 2 semaines dans le Rajasthan en mode luxe s’il vous plait : notre voiture avec chauffeur nous attend demain matin !

Posted 8 ans, 4 mois ago.

4 comments

Splendeurs d’Angkor (13/05 au 16/05)

Nous voici donc arrives a Siem Reap, apres une etape-eclair par la ville de Kompong Thom sur les conseils du guide du Routard… qu’on aurait mieux fait de ne pas suivre car c’est une ville laide, puante, et sans aucun interet !

Les quelques heures passees la ont presque reussi a nous deprimer tous les 4. Le meilleur (et unique) resto de la ville etait une catastrophe : on a retrouve des vieilles mouches dans 3 plats sur 4 ! Par contre sur le trajet, on a bien ri : on s’est arretes a un stand a insectes, avec des… mygales grillees ! Sisi. On n’a pas ose goute mais promis, si on en recroise, on se lance. Brrr. A voir leur taille toutes racrapotees, je prefere ne pas les voir vivantes!

Le troncon de 160 km entre Kompong Thom-la-pourrie et Siem Reap, on l’a fait en taxi. On n’avait pas envie d’attendre le bus, et puis un taxi avec airco, c’est plus confort, ca va plus vite et ca ne s’arrete pas toutes les 20 minutes… Enfin c’est ce qu’on pensait, pcq en realite on s’est retrouves tout serres a 4 sur la banquette arriere, tandis que devant, ils etaient… 5 !!! Le chauffeur, un monsieur a moitie sur ses genoux (ben oui on avait refuse qu’il monte a l’arriere !), deux madames se partageant le siege passager et un gosse sur leurs genoux, tout ca dans une petite Toyota Camry.

On est surpris bien sur, mais l’ambiance est bonne, surtout quand un des passagers de devant lache un bon prout bien odorant et qu’ils se mettent tous a accuser les farangs (=nous!) en riant comme des fous :-)

Arrive a Siem Reap, on a pose nos sacs dans une belle guesthouse avec piscine. C’est pas du luxe, promis, il fait trop etouffant, on va en avoir besoin ! Et puis a 10$ la chambre, ca reste dans notre budget.

Notre pass de 3 jours en main, nous partons a la rencontre du mythe : les temples d’Angkor ! On comptait d’abord louer des velos, mais le site est extremement etendu, et (sans vouloir insister sur les 40 degres quotidiens), on aurait fondu au soleil. On sillonera donc les temples en  Tuk Tuk avec Mr Synon, notre chauffeur pour 3 jours. On est bien tombes, c’est un rigolo !

Premiere visite : le gigantissime Angkor Wat, dont les enormes tours se dressent au loin. Impressionant mais malheureusement mega bonde de touristes, ce qui gache le spectacle, lui enlevant tout charme. Mais ca reste indeniablement grandiose… il a quand meme fallu 37 ans a 300.000 ouvriers et a 6.000 elephants pour le construire, ca vous donne une idee du bazar !

On se prend a imaginer les fetes de l’epoque avec les rangees d’elephants habilles de parures scintillantes, les rois et leur cour vetus d’or et de pierres precieuses, les musiciens, les danseuses etc… Ca devait etre quelque chose !

On passe ensuite sous une arche monumentale surmontee des 4 faces de Buddha si caracteristiques d’Angkor. La porte, precedee d’une colonie de gardiens figes dans la pierre, mene a Angkor Thom, un vaste site regroupant l’ancienne ville, des terrasses sculptees d’elephants, le Palais Royal et d’autres petits temples.

La suite de notre balade nous reserve de belles decouvertes, comme ce temple a demi-enfoui sous la vegetation, Ta Phrom, ou on a un peu l’impression d’etre a la place des explorateurs qui l’ont decouvert. Les bas reliefs se melent aux racines, l’ambiance jungle est envoutante. Il ne manque plus qu’un tigre ou quelques singes et le tableau serait parfait !

Le temple des femmes, Banteay Srei, est lui aussi magnifique. Tous les murs sont travailles, sculptes si finement qu’on dirait de la dentelle. Ce qui lui vaut d’ailleurs son nom, car si les batisseurs de ce merveilleux temple sont restes inconnus, il est certain que seules des femmes sont capables de tant de delicatesse…

Autre anecdote interessante, celle du temple Ta Keo : cet enorme monument attire tout de suite notre oeil, devenu expert en architecture Khmer :-) Il n’y a aucune gravure. Aucun bas-relief, aucune statue. Bizarre. En fait, il n’a jamais ete termine car la foudre s’est abattue dessus pendant sa construction, et les gens de l’epoque ont interprete cela comme un signe de mauvais augure. L’emplacement a donc ete juge comme maudit et ils ont tout simplement laisse tomber les travaux. Y en a que ca derange pas de bosser pour rien :-)

D’autres temples, plus eloignes du circuit touristique classique, nous ont particulierement plu pour leur atmosphere. Le Banteay Samre, par exemple, qu’on a eu la chance de decouvrir dans un calme absolu : on avait le site pour nous tout seuls.

Le dernier jour, c’est le site de Pre Rup qu’on a prefere. Taille dans une pierre rosee, et travaille avec gout, cet ensemble me rappelle etrangement le site de Hampi, en Inde du Sud… Meme disposition des temples en hauteur et ressemblance frappante des formes des edifices. Renseigments pris, il se trouve que la base de l’architecture Khmer vient d’Inde ! Pas etonnant donc, l’impression de deja-vu.

On vous passe le nom de la multitude d’autres temples visites, meme si ils valaient tous la peine. Apres 3 jours, on n’est pas lasses, chaque ensemble avait un cote unique, quelque chose de magique a offrir.

Mais il n’y a pas que les visites, on a aussi plein de bons moments, comme les arrets-crevaisons de notre tuk tuk, les inombrables sorties de temple passees avec 10 enfants colles a nos baskets pour nous vendre tout et n’importe quoi (parfois on cede et on achete une tonne de bracelets ou des foulards-essuies de vaisselle !), les million de otte ow khon (non merci) repondus aux (au choix) masseuses/vendeuses/taxi/restos/etc … C’est vrai que c’est un peu penible, mais en meme temps, c’est toujours propose avec le sourire.

Hier 16 mai, annif de Chris, on a eu une tonne d’activites : un tour en ballon pour admirer Angkor d’en haut, une balade en elephant, un resto lounge tres chic… Autant dire qu’on en a profite ! Promis, demain, une fois nos amis partis, retour en mode routard. On ne mangera plus que des araignees frites ;-)

Un petit plongeon s’impose a present avant un bon massage et un peu de shopping … Trop dure la vie au Cambodge ! Bisous a tous !

Posted 8 ans, 7 mois ago.

2 comments

Koh Tao (du 27/04 au 4/05)

Oufti ! Comment decrire ce paradis insulaire qu’on n’a pas envie de quitter ?

Eaux turquoises, soleil omnipresent, cocotiers par centaines, petits restos thais gouleyants, aperos-couchers de soleil impressionants… C’est le cocktail quotidien dont on profite depuis une petite semaine. Autant dire un pur regal !

Pierol a trouve son nouveau sport de predilection : la plongee ! Parti pour une formation de base de 4 jours (brevet Padi), il a finalement signe pour 2 jours de plus en compagnie de Jo qui semble lui aussi shoote a l’oxygene en bouteille :-) Au programme : cours theoriques, essais en piscine, puis 9 plongees en mer, dont une plongee de nuit (glups), une plongee a plus de 30 metres de fond (re-glups), cours d’identification de poissons… et combat avec un poisson baliste titan !!! Ce dernier excercice n’etait pas au programme, mais il s’est reellement fait « agresser » par un enorme specimen qui defendait son territoire. L’animal a charge et mordu les palmes du pauvre novice, mais l’incident reste benin, rassurez-vous :-)

Pour ma part, j’ai prefere rester barboter en eaux peu profondes pendant les periginations aquatiques de mes comperes. Le spectacle est deja magnifique a quelques metres du bord ! Poissons perroquets multicolores, baracudas, neons bleus fluos et autres jolies choses aux couleurs chatoyantes… Franchement, y a pas de mots tellement c’est merveilleux la dessous!

Puis Coco m’a emmene hier snorkeler a Ao Leuk beach, parait que c’est beau de ce cote de l’ile… Une jolie rando sous le soleil ecransant et nous voici seules au monde, face a une crique perdue aux eaux cristallines. On adore ! On chausse nos masques et tubas et a nous les fonds marins ! Et qui c’est t-y pas qu’on y croise ??? Des pitis requins !!! Si si, plein de bebes requins d’une grosse cinquantaine de centimetres.

Brrrr, imaginez un peu ma tete sous l’eau (ca vaut la peine, si si imaginez !). Mais je suis quand meme assez fiere de moi, je n’ai pas panique outre mesure, j’en ai meme presque suivi un sur quelques metres. Mais faut pas pousser non plus donc je ne m’aventure pas trop loin. Corine, elle par contre, file vers le large : elle cherche la maman de toute cette joyeuse marmaille.(Certaines personnes sont un peu gelees du ciboulot, me concederez-vous) Et elle la trouve ! Enfin on ne saura jamais qui a trouve qui , mais la photo l’atteste : il y avait bien la un beau requin d’1m50 de long (allez ok, on fait un peu nos marseillais, peut etre 120 cm ?).

Les requins avec Coco… bientot les mygales avec Chris (vous verrez dans quelques jours…). Decidement, ce tour du monde prend des airs therapeutiques!

C’est notre dernier jour deja, alors on a change de plage, histoire de voir autre chose de l’ile que l’enseigne du club de plongee :-) On a etabli nos quartiers a Freedom beach, et la, re-wow, l’endroit est epoustoufflant, une fois de plus. On ne peut pas resister a explorer le dessous de l’eau, a 4 cette fois. Et cette fois, c’est Coco qui se fait mordiller les mollets par un poisson baliste un peu trop territorial ! Ou alors ils n’aiment pas les belges ces poissons-la… Prochain resto, on en mangera. Na !

Pour ceux que ca interesse, Pierol vos racontera son experience sous marine a notre retour. C’est difficile a coucher sur papier.

Par contre, on espere que vous apprecierez le flot de photos ci-dessous. Nous en tout cas, on est tout retournes, on s’en est mis plein les mirettes et on est regonfles a bloc pour attaquer les 2 journees de voyage qui nous separent du Cambodge.

Gros bisous bulleux a tous!

Posted 8 ans, 7 mois ago.

9 comments

Minneapolis (19/03 et 20/03)

Hey Guys !

You might wonder why this post is written in English… Well, because after our stay in Fargo and Minneapolis, we definitely owe that to the Preston Family !

We had the best dinner of our lives on saturday ! Arlette, Richard and Chelsea took us to the Cosmos, one of the (if not The) best restaurants in Minneapolis… for a real gastronomic dinner in the kitchen ! The menu was amazing, the wines were sooo good… the whole experience was fantastic !

I am sure that those of you who love food as much as we do will be jealous just looking at the menu… Well, I don’t know what else to say : you should be ;-)

Si vous ne parlez pas anglais, vous n’avez donc pas encore compris que cet article est dedie aux Preston, qui nous a emmene dans le meilleur resto de Minneapolis samedi soir.  Jetez un oeil au menu 8 services ci-dessous, je suis sure que rien que ca, ca en fera pleurer plus d’un ;-)

Experience tout simplement fabuleuse : une succession de plats du monde plus delicieux les uns que les autres, degustation de vins et ambiance en cuisine extra ! Serieusement, on n’a jamais fait un resto pareil, c’etait exceptionnel, on en a encore l’eau a la bouche… On vous met quelques photos histoire que vous en profitiez un peu aussi.

PS special a Julie S : Entraine-toi bichette, on veut etre acceuillis avec un menu encore mieux que celui-la quand on rentre ;-)

Posted 8 ans, 9 mois ago.

12 comments

Fargo, North Dakota (16/03 au 19/03)

Pierol : Vous vous demandez surement pourquoi ce post sur Fargo est dans la categorie « Waouw » (pour ceux qui l’avaient remarque…).  Fargo n’est pas la destination la plus touristique des US, mais on y passe quand meme une petite semaine pour rencontrer la famille d’accueil de Domi lors de son echange linguistique d’il y a 10 ans (ca nous fait tout vieux, tout ca).

La famille Preston nous a reserve un accueil assez exceptionnel… ce qui vaut le « Waouw » a ce post…  D’abord ils viennent nous chercher a l’aeroport de Minneapolis (3h de voiture) dans un pickup dans lequel feue notre Clio aurait pu rentrer deux fois, et nous amenent pour la premiere nuit dans leur Lake Cabin (cabane du lac, c’est de l’anglais), dans le Minnesota.

Cabin, le mot est faible… tout est hyper luxueux, harmonieux, et decore par de oeuvres d’artistes locaux.  Ils ont meme fait la couverture d’un magazine deco, c’est tout dire.  Une nuit la-bas, donc, puis direction Fargo, ou ils nous ont reserve un « petit hotel » pour la semaine (leur Loft downtown n’ayant qu’une chambre…).

Glup… on est dans la plus grande suite de l’Hotel Donaldson et c’est pas de la merde.  Ca doit faire 100m2, on a deux salles de bain, et rien que l’ecran plat est plus grand que les lits dans lesquels on a eu l’habitude de dormir depuis quelques mois ! Ca frime :-)

Domi : Serieusement, en arrivant la, je me suis demande si l’avion de New York ne s’etait pas crashe, ce qui expliquerait ce petit paradis !

On passe 4 jours a ronronner joyeusement dans notre bulle de luxe. Entre les bains moussants a remous, les seances de zapping sur l’ecran geant et les coupettes de vin dans le jacuzzi, on ne fait pas grand chose. Ah si, on mange ! Pierol a decide de tester le plus de hamburgers possible.  Tant mieux : au plus qu’il est gros, au plus que j’ai l’air mince a cote ! Et la famille Preston nous emmene dans les plus chouettes restos de Fargo… Sushis, cuisine francaise, patisserie chic, burgers typiques etc. Quelque chose me dit que je vais vite reprendre les 4 kilos perdus ces derniers mois !!!

Fargo n’a pas change. Il fait un froid de canard, ses pauvres habitants sont en « alerte-inondation » constante, personne ne met le nez dehors. Les gens nous regardent bizarrement quand on se ballade en rue (mais mais… ils marchent ? Ils n’ont donc pas de voiture ? Hihi, s’ils savaient que c’est un choix). On flane dans les quartiers, devant Fargo North High School, petit detour au shopping mall… Ca fait plaisir de se retrouver la apres 10 ans !

Ces 4 jours de douce farniente ont ete une experience en soi :-) Hier, on a eu beaucoup de mal a  laisser notre suite, mais on a vite compris qu’on n’y perdait pas au change… On passe le week-end a Minneapolis, dans un hotel encore Plus. Je fais expres de ne pas mettre l’adjectif parce qu’il n’y en a pas. C’est encore Plus, c’est tout. Chambres raffinees, deco magnifique, limousines, grooms partout, resto 5 etoiles…  On a un peu le tournis, faut bien l’avouer !

Allez, une petite derniere pour la route, juste pour rendre jaloux ceux qui ne le seraient pas deja : ce soir, nous aurons l’extreme joie de gouter  a un menu degustation 8 services, customise rien que pour nous, avec foie gras poele et vins du monde entre-autres delicatesses… (attendez, c’est pas fini)… Dans les cuisines ! On ne va pas se melanger aux quidams de la salle, ca ferait plouc ;-)

Sur ce, je vous suggere de retourner lire l’article du 08/09 Novembre 2009 sur le parc El Palmar et je vous laisse mediter sur les contrastes de notre voyage…

Bisous a tous

Posted 8 ans, 9 mois ago.

3 comments

Tikal, Guatemala (du 25/02 au 27/02)

Nous revoila deja !

bon, on avait trainaille ces derniers temps donc on essaye de se rattraper maintenant.  On vous avait laisse a la frontiere mexico-guatemalteque (ca fait mal aux machoires de prononcer ca) qu’on a traversee en petite pirogue a moteur.  Vous aurez compris que la frontiere etait materialisee par une riviere, donc :-)

Premier contact avec les guatemalteques : faut marchander sec (d’aileurs ca rime).  Pour le bus, pour les chambres, pour tout… mais on commence a devenir bons, on va s’en sortir.  A commencer par le passage au poste frontiere (la traversee du fleuve faisait de nous des illegaux, on devait regulariser la situation a la douane la plus proche, pour recevoir notre nouveau cachet), ou on se rend compte qu’on a oublie de faire cacheter notre sortie du Mexique ! Glups… tant pis, quelques dollars reglent le probleme de ce cote, on verra bien en repassant au Mexique.

Bref, premiers bus locaux, et premieres rencontres, les gens sont vraiment sympas et ont le contact tres facile:  On arrive donc sur le lac Peten Itza, dans le village de El Remate, ou on loge 2 jours, histore de se reposer avant d’affronter le monstre local : le site de Tikal.  En attendant, balades sympas le long du lac aux eaux turquoises, sous le soleil et la jungle.  Vraiment superbe et reposant.

Puis vient le jour de voir Tikal. On est vraiment enthousiastes: lever a 5h, on veut etre dans les tout premiers, on arrive tout juste a 6h du mat’ pour voir le site avant les groupes et les grosses chaleurs, et avant que tous les bruits des bebetes de la jungle nocturne ne s’arretent.

Le site est gigantesque, les temples et palais mayas s’enchainent… grandioses.  Crevant, on n’arrete pas de marcher, dingue de s’imaginer qu’a peine un pourcent des monuments ont ete degages.  Ca donne envie de creuser partout et de ramener des masques en jade a toute la famille ! Enfin, je suis pas sur que vous les porteriez, c’est plus trop a la mode.

Comme le site est encore completement enfoui sous la jungle, il y a plein de bebetes partout.  On a pu voir des singes araignees, des singes hurleurs, des americains bruyants, des toucans, des oiseaux-dont-on-ne-dira-pas-le-nom-sinon-Bernard-nous-corrigera, des coatis, des sortes de petits capibaras, … Pas grand chose d’autre a dire, regardez les photos !

Retour a 14h a El Remate, on aura donc passe 8h sur le site, et on n’a meme pas tout vu ! On vous avait dit que c’etait grand ! On passe encore une petite journee a El Remate, parce que c’est beau et puis aussi parce qu’on a rencontre des gens sympas sur la route en revenant de Tikal.

C´est d’ailleurs avec nos compagnons Suisso-Israeliens qu’on reprend  la route vers la cote Caraibe, Livingston, la ville des rastasmans…

Apres 2 heures de barque tape-cul sur le Rio Dulce (magnifique, dit en passant), on arrive a cette bourgade perdue, et choc, on se croirait en Jamaique, fini le Guatemala ! Ils sont tous blacks, parlent anglais, tous ¨yeah man, no worries¨. Bon, nous on n ‘est pas fans a priori, mais on vous racontera ca bientot, on va rester la 1 jour ou 2 avant de repartir pour Antigua.

Sur ce, un bon ptit cocktail nous attend les amis :-) A bientot,

Posted 8 ans, 9 mois ago.

3 comments

MachOUuuu PicchOUuuu (03/01)

Bonjour les deuxmilledixeurs ! On est super heureux de pouvoir partager avec vous notre aventure Inca tant attendue :-)

Premierement, on est surtout extremement soulages d’etre la, devant cet ordi… Une petite explication s’impose: Le 02 janvier, nous voila donc partis pour notre periple « low cost » a destination d’Agua Calientes, le village au pied du fameux site Inca. Le premier bus de Cusco a Santa Maria a une roue legerement degonflee et fait un bruit tres etrange a chaque freinage. Soit. La route sinue dans les montagnes, mais elle est asphaltee, assez large pour croiser un autre bus et il fait sec, donc tout va bien.

On est quasi les seuls « Gringos », ca change des hordes de touristes croises dans les rues de Cusco. Le bus bifurque tout a coup et on se retrouve sur un chemin de campagne, a premiere vue pas du tout fait pour autre chose que des 4×4. Mais tout le monde est serein, Mamy a cote de nous tricotte (mhhh… aiguilles a tricoter + route tres cahoteuse = oeil creve… apparement elle n’y pense pas!), la dame derriere nous caresse son poussin (qui n’arrete pas de piailler… a t-il compris que son destin etait de finir en pollo a la plancha ?), bref on dirait qu’il n’y a pas de quoi s’inquieter. La route est looongue: 7h30 de bosses, de chicanes, de franchissements de torrents de boues qui barrent la route et qui font tres peur. Et puis il y a cet autre bus, qu’on croise et qui a manifestement eu moins de chance que nous: il est tout defonce sur le cote de la route! Glups.

Arrivee a Santa Maria. On s’etire et on s’apprete a chercher un petit hotel quand on realise qu’il y a un minibus qui part directement a Santa Theresa, la ou on voulait justement aller pour commencer notre ballade. Bon, il est relativement tot dans l’apres-midi, on monte! A ce stade la, on n’imagine pas ce qui nous attend pdt l’heure et demie qui va suivre…

Ecrabouilles a 15 dans un minivan a l’entretien douteux, avec un chauffeur un peu excite (aurait-il machouille trop de feuilles de Coca?), on se lance sur une piste (ah non, j’insiste, pour moi ce n’est pas une route) de 2 metres de large, a flanc de falaises. Pierol semble trouver ca drole, moi j’ai vu et revu la scene de notre chute pendant 3600 secondes. C’est long! On a beau sympathiser avec nos co-voitureurs, la peur est la, « quels cons d’avoir ete se foutre la dedans pour economiser 150 euros !! Notre vie vaut quand meme un peu plus que ca !  »

Arrives a Santa Theresa, il nous reste environ 1/2 heure de voiture  jusqu’au point de depart du chemin de randonnee. Je veux descendre la, quitte a rallonger notre rando de 5 heures mais Pierol met son droit de veto: on reste dans la camionette du diable. Snif. Je n’ai pas de chique, donc je mords ma joue. Ouf, le chemin change du tout au tout, on traverse a present une jungle dense (on ne voit plus les precipices, merci les arbres!), on aprecoit de temps en temps des petits toits au milieux des plantations de bananiers, c’est beau, et surtout, beaucoup plus rassurant !

Le van nous depose a la station hydraulique, a environ 2h de marche de « Machu Picchu Pueblo », aussi appelle Agua Calientes. Conscients de la chance qu’on a d’etre sains et saufs sur le plancher des vaches (ou plutot des lamas), on se met en route, tout guillerets. Chouette ballade, le long des rails du train, dans un decor junglesque qui nous rappelle etrangement le Sri Lanka !

La route est un peu plus longue que prevue (ou Domi un peu plus lente que la moyenne) et on arrive donc a Agua Calientes un peu apres la tombee de la nuit. Premiere impression: Ohhh que c’est mignon: tout est eclaire a la bougie, c’est rustique et plein de charme. Ils vivent encore comme a l’epoque des Incas ici ? Mouais…  il s’agit en fait d’une bonne grosse panne d’electricite! Le bled est hypra touristique, point de depart oblige pour tout visiteur du Machu Picchu. Tonnes d’hotels (chers), restos, bars et boutiques arnaque-gringos. On est contents que tout soit dans le noir :-)

Sauf que du coup, il est impossible d’acheter nos billets de train de retour (ah oui – vous aurez compris qu’il est totalement exclu de se retaper le bus-de-la-mort pour le trajet du retour.), impossible d’acheter nos tickets d’entree au Machu Picchu, impossible de retirer des sous au distributeur… On est coinces ! Il nous reste en poche tout juste de quoi payer une nuit d’hotel et l’entree au site, en esperant qu’on peut les acheter sur place. On va donc se coucher en faisant confiance a notre bonne etoile (apres tout,si on n’est pas tombes dans ce foutu ravin, c’est qu’on doit le voir ce site, non?).
 
3h30 : biiip biiip biiip : reveil! Il faut se mettre en route pour arriver les premiers a la billeterie et obtenir notre droit d’entree au Wayna Picchu, la montagne la plus haute qui offre une vue superbe sur le site (ils ne delivrent que 400 entrees par jour!). Ca monte, ca n’arrete pas de monter. Mais comme on est determines a etre dans les premiers, on ne s’arrete pas! D’un pas relativement lent et pose, on arrive a depasser les groupes de petits malins qui sprintent le temps d’un palier pour finir ecroules sur le cote au palier suivant. Gnac Gnac, on a pitie pour eux :-)

Le ciel s’eclaircit au fur et a mesure de l’ascension. On arrive en haut en environ 1h30, trempes de sueur et la tete dans la brume, derriere les quelque dizaines de plus forts que nous. On se joint a la file devant la billeterie, et la, on attend quasi une heure (!) que les portent s’ouvrent. On est heureux et fiers: on a notre entree au Wayna Picchu! En d’autres mots, on a gagne le droit de suer encore un peu plus lors d’une nouvelle ascension :-) Masos, direz-vous ?

L’acces au site en lui meme est inquietant: des tonnes de touristes en K-way fluos debarquent de bus confortables, une foule desorganisee se presse aux portillons, ca donne quasi envie de rebrousser chemin. Puis on entre, au compte-gouttes (il est 6h30 du matin, le ciel se degage) et la…

On n’as pas de mots. La gorge se noue, l’oeil s’humidifie. Est-ce la nuit trop courte ? La fatigue de l’interminable ascension nocturne ? La sensation du corps tout grelottant ? Non, rien de tout ca. Tout ca, on oublie en une seconde, imperceptiblement, des que nos yeux decouvrent cette extraordinaire cite de pierres, completement surrealiste qui semble flotter dans les montagnes. On a reelement ravale nos larmes. Qui n’a jamais vu une illustration du Machu Picchu ? On se dit qu’on sait ce que c’est, c’est tellement connu…

Mais non, c’est completement fou, c’est un sentiment bizarre, une sorte de grandiosite qui vous envahit! Je suppose que tout le monde a ressenti ca en le decouvrant. En tout cas, c’est magique. Apres le choc, c’est la curiosite qui prend le dessus. Avec le groupe des co-voitureurs de le veille, on s’offre une visite guidee, animee par un sympathique petit bonhomme plein d’entrain. On n’en apprendra pas enormement, la cite Inca restant mysterieuse meme pour ses descendants. La ville aurait ete construite en 25-30 ans et ses habitants y seraient restes environ 150 ans avant de succomber en masse a la fievre jaune, ce qui aurait vraissemblablement cause le declin de la cite. Nous on est perplexes: construire un monstre pareil en si peu de temps, avec les moyens de l’epoque ? Ils auraient aussi taille les montagnes aux alentours. Amenage tous ces escaliers sans fin, ces terrasses parfaites pour les cultures. Tout ca en si peu de temps. Fou. Mystique. Passionnant.

Le ciel est tout bleu en fin de matinee, seuls quelques nuages de brume remontent de la vallee comme pour garder l’ambiance mysterieuse du lieu. Apres un bref pique-nique (c’est interdit mais on est des rebelles, yeah!), on se lance a l’assault de l’enorme Wayna Picchu. Vu d’en face il fait peur. Et dessus, c’est encore pire :-) Le chemin en escalier trace par les Inca est hyper difficile, c’est beaucoup plus dur que la premiere montee 6 heures plus tot. Meme technique de la tortue, 1h30 environ plus tard, et la vue panoramique  sur le Machu Picchu recompense amplement nos efforts !

C’est a ce moment que nos compagnons de route nous proposent une « petite extension » au circuit habituel. On signe pour une balade jusqu’au « templo de la Luna », environ une heure plus bas. Nos jambes sont deja fachees, au point ou on en est, de toute facon ca ne peut pas etre pire. Erreur ! Ca peut! Alors que les sportifs de devant gambadent entre les pierres et glissent joyeusement sur les echelles comme s’il s’agissait d’un parcours-sante, nous (enfin surtout la partie feminine de notre couple), on commence a en chier grave (si si) ! Mais c’est superbe ! Et ca descend, donc ca change un peu.

Le petit temple de la Lune est intriguant, on ne comprend pas bien pourquoi ces Incas se sont casse la tete a aller implanter un temple de l’autre cote de la montagne, aussi loin de tout. Mais bon, on s’est resolus : on ne les comprendra pas de toute facon (faudrait aller rechercher leurs descendants dans une galaxie lointaine – note de Domi).  Ah zut, faut tout remonter maintenant ! Arg… La technique de la tortue ne marche plus, moi (Domi) je tenterais bien celle du serpent (ramper quoi) ou me transformerais bien en pierre pour rester la eternellement. Pierol ne fait plus tellement le malin, il est creve aussi, mais dans un dernier souffle, on parvient a revenir au Machu Picchu, sous la drache (ah oui tiens, c’est bien la saison des pluies!).  On a perdu nos copains francais du coup. Doivent etre shootes aux steroides ceux-la :-)

Un petit bonjour aux lamas, quelques dernieres photos du site avec une toile de fond devenue grisatre et on se resigne a ecouter notre corps qui nous supplie de rentrer au bercail. Le bus pour redescendre sur Agua Calientes ? Pas le temps de reflechir, les francais sont la, ils redescendent a pieds et on les accompagnera. Point.

Bah, et puis au point ou on en est, de toute facon ca ne peut pas etre pire (deja vu ?). Re-erreur :-) OK, on voit de jour le chemin qu’on avait monte a 4h du mat’ dans le noir, mais la descente nous acheve.

C’est les jambes flageolantes qu’on debarque a 17h sur la place du village… Toujours prive d’electricite ! Au secours, on n’a plus de sous ni pour dormir ni pour manger, on n’a toujours pas nos billets de train, et surtout, on n’a plus de force pour penser a tout ca ! Il nous faut encore pourtant trouver le courage de faire 1h30 de file a la gare pour expliquer notre situation de pauvres petits touristes a la controleuse qui nous reserve des billets en echange de nos passeports. On reviendra quand on aura des sous. Et la, en quittant la gare, miracle: la lumiere fut ! Viiiite, allez vider la caisse du bancontact (zut, on n’est pas les seuls en manque de sous. Re-file).  Et nous y voila: 19h30, pas reposes, pas douches… rdv pour un resto avec le reste du groupe de la journee. Pas besoin de vous dire qu’on a dormi comme des bebes et qu’aujourd’hui on se repose les gambettes.

Le Machu Picchu, c’est fait! C’etait un des points-cles de la partie Amerique du Sud de notre voyage, et on n’est vraiment, mais vraiment pas decus ! On espere avoir reussi a vous faire vivre en partie notre experience via notre long recit… Mais surtout, ne pensez pas que les photos ci-dessous puissent remplacer une visite en bonne et due forme : vous DEVEZ voir ce site une fois dans votre vie, faites nous confiance.

Apres avoir stagne quelques jours a Cusco, l’aventure a repris pour nous. On est bien reboostes et enthousiates pour la suite.

A bientot donc, pour des nouvelles decouvertes !

Posted 8 ans, 11 mois ago.

11 comments

Isla del Sol et Noel a Copa (22/12 au 24/12)

Coucou tout le monde !

On vous souhaite a tous de passer de belles fetes de Noel. On suppose que ce sera foie gras a foison… Pour nous, ce sera encore de la truite (ca grouille ici, voir photos).

On vient de passer deux jours sur l’Isla del Sol, superbe petite ile sans voitures,  pleine de belles vues.  Balades sous le soleil (la saison des pluies serait-elle deja finie ?), et logement dans un mignonet petit hotel (cher : 4 euros :-)) avec vue sur le coucher de soleil… un peu caillant, mais superbe. (PS de Domi: Pierol aime particulierement cette ile pour ses petits habitants, les scarabees pousseurs de crottes. Il a passe une bonne demi heure a les observer… Esprit scientifique, dit-il. Moi je dis periode pipi-caca pas encore terminee !)

Le lendemain, retour a Copacabana (Copa, on devient intimes), et petite folie : on est tombes sur le plus bel hotel du monde.  4 suites pleines de charme, avec lit rond, hamacs, eau chaude (c’est rare ici) vue epoustouflante, douche en colimacon, le tout avec plancher en rondins de bois… franchement exceptionnel, on n’a jamais dormi dans un si bel hotel ! Le tout pour la modique somme de 26 euros… malheureusement c’est complet le reste de la semaine, sinon on serait restes ! Pour ceux que ca interesse, c’est l’hotel Las Olas, une perle.

Ce soir, c’est Noel.  On s’est trouve un autre petit hotel (avec cheminee) et on va probablement s’enfiler quelques piscos au soleil avant une enieme truite :-) Mais pas de sapin, pas de cadeaux … on ne se sent pas vraiment en reveillon a vrai dire.

On vous laisse sur les belles vues de l’Isla del Sol !

Bisatous

Posted 8 ans, 11 mois ago.

1 comment

Sud-Ouest bolivien (14/12 au 17/12)

He be…

nous voila de retour de 4 jours de 4×4 a 4.  On a deja utilise tellement de superlatifs qu’on ne sait plus trop quoi dire… surtout que cette excursion surpasse encore tout le reste.

Je vais essayer de ne pas faire trop long et de mettre beaucoup de photos, ce sera plus explicite.  En tout cas, pour ceux qui seraient interesses, on ne peut que recommander l’agence « Grano de Oro » de Tupiza : chauffeur (Ruben) hyper sympa, competent et super informe, et la cuisiniere Nilda, qui nous a mitonne plein de petits plats locaux -et delicieux- pendant ces 4 jours.

Le groupe est excellent aussi, on a retrouve un couple de Francais qu’on avait deja croises quelques fois et ce fut memorable :-).  En vrac : des lacs verts, blancs, bleus, rouges, des deserts infinis, des lamas, vigognes viscachas, flamants roses par milliers, un salar de 12.000 km2, des champs de geysers, une baignade dans des sources d’eau chaude… bref inoubliable !

Apres ces journees eprouvantes (jusqu’a 12h de 4×4 par jour), nous avons pris le train pourri et puant (pourtant en 1ere classe) pour Oruro puis La Paz, d’ou on vous ecrit actuellement.

J’en reste la, le plus important sont les photos… Domi viendra peut-etre completer ce message si elle a plus d’inspiration :-).  Suite de notre programme : demain matin on prendra le bus pour le lac Titicaca, ou on devrait rester 2/3 jours, pour visiter la ville de Copacabana et les iles du lac.

A tout bientot

Posted 8 ans, 12 mois ago.

9 comments

Quebrada de las Conchas (10/12)

Wouaw, wouaw et re-wouaw !

Apres quasi 24h de bus, nous voila arrives a Cafayate, un superbe village au milieu des montagnes.  A taille raisonnable, logemement sympa (avec piscine), plein de petits artisans locaux… si on devait s’installer quelque part, pour le moment ce serait ici :-) surtout que le nombre de jours de pluie par an est plutot allechant : 5 ! Et il fait chaud… tres chaud.

Une nuit donc ici, puis ce matin, location de velos, bus qui nous droppe a 50km au nord, on fera le retour en velo, en suivant la Quebrada de las Conchas (vallee un peu indescriptible).  Et c’est la que wouaw ! Pour moi (Pierol) c’est le plus bel endroit du monde, oubliez tous les beaux trucs qu’on a deja racontes… ici c’est infiniment mieux.  La preuve : plus de 7h pour faire 50km et plus de 200 photos juste pour cette route.

Les photos ne montrent qu’une infime partie de la grandeur de l’endroit, comment expliquer le reste ? Des rochers surgis de nulle part, aux formes improbables, aux couleurs inimaginables, a perte de vue.  Des lamas, des perroquets, des nandus… y a plein de choses ici.  Quasi seuls sur la route, on s’emerveille a chaque tournant, c’est reellement exceptionnel.  Parfois desertique, parfois verdoyant avec une petite riviere, parfois rouge comme Los Castillos (enormes pics rouges vifs sortis du sol, qu’on visite apres avoir traverse a pieds nus une riviere pleine de vase, ou de bouse de lamas ?)…  J’en resterai la, mais sachez qu’on a presque lache une petite larme :-)

Puis retour a Cafayate, fort coups-de-soleilles, assoiffes (il a fait 35C toute la journee) et creves.  Plongeon dans la piscine de l’hotel pour refroidir les brulures, puis soiree dans une petit resto avec la specialite locale : la demi-chevre par personne au BBQ :-).  Le tout avec danses et musique locales (et un peu experimentales : guitare a 4 mains ou gratte avec bouteille de biere… dedicace a Christophe).

Voila le resume d’une toute bonne journee, sans doute la meilleure depuis le debut :-).  A present, cap sur la Bolivie, avec une derniere etape en Argentine : la Quebrada Humamarca.

Suite au prochain episode.

Posted 9 ans ago.

9 comments