Domi et Pierol au tour du monde

Novembre 2009 – Novembre 2010
Abonnez-vous

You are currently browsing the Animaux category.

De Shangri-La au Sichuan (du 13/09 au 16/09)

Pour notre dernier jour a Shangri-La, on a eu de la chance : on a assiste a la grande fiesta de l’annee, une sorte de parade de toutes les ethnies tibetaines descendues de leurs montagnes pour l’occasion ! Les nuages se sont dissipes 2 heures, comme s’ils n’osaient pas gacher l’arc-en-ciel de couleurs des costumes locaux. Franchement, on est gates, les enfants sont tout « encarnavales », il y a des danseurs, de la musique, des petards, c’est la fete au village quoi !

Certain trouveraient leurs costumes ridicules, mais nous on aime. C’est si chouette de voir des gens fiers de leurs coutumes et qui se promenent en toques a fourrure et pantalons roses fluos ! Vive la fantaisie tibetaine :-)

On court a l’aeroport direct apres le festival pour attrapper notre petit avion direction Chengdu. On avait hesite, mais une heure d’avion contre 36 heures de bus/train, c’est le plus lourd que l’air qui l’a finalement emporte.

Pas de crise cette fois, et c’est donc depuis 2 jours que nous visitons la capitale du Sichuan, une enooorme ville de 5 millions d’habitants. Il fait brumeux ici, mais on est contents de se retrouver a 27 degres apres le grand froid de Shangri-La. On se demande un peu ce qu’on va faire de toutes les couches achetees la-haut, mais bon, ca pourra toujours servir aux sports d’hiver. Y a plus qu’a les trimballer dans nos sacs :-)

Chengdu… trop grand pour nous mais etape obligee car c’est ici qu’on trouve les fameux pandas geants du Sichuan. C’est ce matin qu’on a ete leur rendre visite : comment dire… Inoubliable ! Qu’est ce qu’ils sont beaux ces gros nounours noirs et blancs ! On a vu des tous petits encore en couveuse, des « ados » jouettes et gloutons et des adultes bien gros se prelassant dans les arbres. Ils sont vraiment attachants.

On a la chance de les voir dans de grands espaces verts, on n’est pas au zoo ici, mais dans un centre de recherche : la base de reproduction des pandas de Chengdu. On apprend que la race ne disparait pas seulement a cause de la destruction de son environnement naturel, mais aussi parce que les pandas ont un leger probleme de libido !  Ils ne quettent pas quoi :-) A tel point que toutes les naissances ici sont le resultat de fecondations in-vitro. Pas etonnant qu’il n’en reste plus que deux mille sur terre.

Notre visite est emouvante et instructive. Saviez-vous que le bebe panda nait toujours super prematurement, et qu’il ne pese qu’un millieme du poids de sa mere (le plus petit bebe panda est ne avec 51 grammes !) ? On dirait des chatons. C’est pas bien plus grand, tout rose et aveugle. Assez moche en fait, mais ils commencent a ressembler a quelque chose (en l’occurence a des petites peluches) vers l’age d’un mois. C’est fou de voir une enorme maman panda avec son nouveau ne, qui tient dans la paume de sa patte !

On a aussi fait connaissance  des pandas roux, sorte de croisement entre un renard et un raton-laveur, avec des oreilles de nounours. Encore plus choux ceux-la. On en ramenerait bien un cache au milieu d’un sac de peluches ;-)

Demain, on prend la route pour Songpan, dans le nord du Sichuan, region reputee pour ses treks a cheval. On sera contents de retrouver de beaux paysages deserts apres cette parenthese urbaine… Mais tout se merite, et on en a pour 9-10 heures de bus pour rejoindre cette region reculee. Ahhh les joies du voyage!

Amis de Tao-Tao, nous vous disons a bientot :-)

Posted 8 ans, 3 mois ago.

6 comments

Les rois de la jungle (12/06 au 21/06)

Avant-propos : comme d’hab j’ai laisse Domi rediger ce loooong post, vous reconnaitrez son style :-).  La prochaine fois, je serai moins faineant, promis !

Bon, n’allez pas croire a la lecture du dernier article qu’on n’aime plus l’aventure ! Loin de la. Apres notre journee Club Med, on s’est tout de suite remis dans le bain avec une petite etape au lac Chini. Un bien beau lac, dans une jolie region de plantations de palmiers. On fait halte a la Raja Jones guesthouse, seul logement du village.  Le guide du Routard en fait un resume elogieux, on est donc enthousiastes, malgre le ciel noir qui annonce un orage carabine.

O deception : le si dynamique Mr Raja, guide nature et organisateur de treks originaux s’est mue en un vieux bonhomme a moitie sourd, completement a cote de ses pompes, qui n’a visiblement plus tres envie de crapahuter dans la jungle et ne veut pas nous emmener randonner. Ben merde alors, c’etait pour ca qu’on etait venus :-( Il nous promet neanmoins de nous trouver un guide le lendemain.

On passe la nuit dans une sorte de cageot en bois geant, que decoupent en « chambres » quelques panneaux en bois. Le matelas est plus fin que le plus fin des futons du Japon, les draps sentent le vieux sur et on partage notre nuit entre regarder les puces faire des bonds sur le sol et ecouter les hurlements des chiens galleux qui font le guet sur le pas de la porte. Ah oui, j’en oubliais presque les doux ronflements du fils de la maison. Delicieux …

Maigre consolation, le lendemain, apres avoir attendu midi que Mr Raja se reveille (!) on prend la route des plantations accompagnes de deux dames Orang Asli (peuple de la jungle, a present bien acclimate a la vie moderne). C’est sympa, elles nous font un mini cours de survie dans la jungle, on goute a des racines, on boit l’eau des lianes. Elles ne parlent pas un mot d’anglais alors ca rend les choses un peu compliquees, on ne comprend pas tout ce qui se passe, surtout quand on les voit degommer des palmiers a la machette et se mettre a les depiauter comme des folles en transe . Ce n’est qu’apres un bon quart d’heure qu’elles nous tendent une sorte de baton blanchatre et nous font signe de le manger qu’on comprend qu’il s’agit des fameux coeurs de palmiers.  C’est goutu mais on se sent un peu genes, il ne fallait pas deforester un metre carre de jungle pour nous ;-)

Bon, ce fameux lac qui n’est en fait pas fameux du tout ne valait pas reellement le detour, mais au final, on en rigole, ca nous fait des souvenirs … c’est le plus important.

On a ensuite debarque le 14 a Kuala Lumpur, la capitale. On doit y faire nos demandes de visas pour l’Inde et la Chine, et on en profite pour dire bonjour a Michele et Stephane, rencontres en Argentine. Ils habitent et travaillent en Malaisie depuis 5 ans et se sont construit une jolie petite vie ici. Ils nous acceuillent chez eux pour quelques jours, on est choyes,  le panard total :-) Malheureusement, on n’aura pas trop l’occasion de voir Michele, qui vit pratiquement a son bureau et ne rentre que pour dormir quelques heures par nuit. Ca nous fait un choc, on avait un peu oublie ce que c’est de bosser a force de vadrouiller…

Les demandes de visas lancees, on se met en route pour le parc national de Taman Negara, une des plus vieille forets du monde, plus vieille meme que l’Amazonie ! On va y passer 3 jours avant de revenir a KL.

L’entree du parc est situe sur une riviere. Le petit village est calme, juste quelques guesthouses et restos. Mais on ne vient pas ici pour ca, c’est les randos dans la jungle et les ponts suspendus qui attirent les touristes. Pour nous, ce sera la formule trek de 2 jours/1nuit.

On commence par remonter la riviere en pirogue a moteur. La frele barque de bois est overchargee : on est vraiment lourds et on se prend plein d’eau dans le bateau ! On est trempes, les sacs aussi, sans parler des matelas en mousse et sacs de couchage. Ca commence bien…

Apres 2 bonnes heures de Riviere Sauvage on se met enfin en marche a travers la jungle epaisse. On est un groupe de 8 menes par un guide local bien sympa qui nous raconte ses rencontres avec les elephants sauvages et un tigre lors de treks precedents. Bon, on ne se fait pas trop d’illusions, si on voit des fourmis, ce sera deja bien…

La rando est excellente, un peu dure au debut, surout avec 10kg sur le dos sous 35 degres bien moites, mais ca vaut le coup. On croise de nombreuses bebetes (dont des sangsues bien deguelasses qui s’agrippent a nos pompes dans l’espoir de nous sucotter les mollets) mais pas de gros bestiaux. Les arbres sont gigantesques, les racines sinueuses tellement grandes qu’on dirait  des escaliers poses la expres pour nous faire suer un peu plus ! On se sent tout petits…

La nuit, on la passera dans une grotte, ca on le sait, c’etait annonce. Mais notre guide nous emmene d’abbord en visiter une autre… remplie de chauves souris ! Tellement de chauves souris que le sol n’est qu’un tapis de guano, de la merde de chauve souris pour ceux qui ne connaissent pas :-) Et qu’est ce que ca attire le guano ? Des cafards ! Des tonnes de cafards !

Imaginez un peu (ames sensibles s’abstenir) : une grotte a l’odeur nauseabonde et si particuliere du guano, une obscurite quasi totale, des couinements grincants et bestioles virevoltantes a quelques centimetres de vos tetes. En evoluant dans la galerie, on sent du mou sous nos pieds… machinalement, on dirige la lampe torche vers le sol, pour decouvrir que le sol bouge, grouille… mais mais, ce n’est pas le sol sur quoi on marche, c’est sur un tapis de cafards ! Mhhhhh :-)

C’est la qu’on se demande comment sera « notre » grotte. Pas trop envie de faire dodo dans ce decor…

Et puis finalement on decouvre notre logis et c’est a couper le souffle! Magnifiques formations calcaires, sol quasi exempt de cafards (bon on se doute bien qu il y en a la, caches derriere les rochers mais mieux vaut pas trop y penser), en plus on n’est pas seuls, un autre groupe de randonneurs s’est deja installe, ils ont fait un feu et l’ambiance nous plait.

On se lave au coucher du soleil dans la riviere, c’est froid mais plaisant, surtout quand les lucioles se mettent a briller dans la nuit. Notre guide (Didier, DJ, Didchier ?) nous concocte une bonne tambouille bien epicee. Franchement, jusque la, rien a redire. On sait que dormir a meme le sol risque d’etre eprouvant mais on est bien la, perdus dans notre grotte. Il parait meme que les elephants viennent parfois s’y refugier et lecher les parois salees. Mouais, pas cette nuit svp :-)

Et puis ce qui devait arriver arriva. Rien n’aurait pas etre pire. Ce bruit… Est ce un elephant enerve ? Un ours hibernant ? Un chant de guerre d’une tribu de canibales de la jungle ? … Non… c’est un mec de l’autre groupe qui RONFLE comme un goret ! Au secours, je crie au sabotage ! Cette belle experience de nuit en pleine nature se transforme en cauchemar ! Le porc n’arrete pas une minute. J’ai beau siffler, raler, pester, le flasher avec ma lampe, et meme lui balancer une bouteille d’eau vide en desespoir de cause : rien ne l’arrete. Le bruit insuportable resonne sur les parois de la grotte et m’explose le cerveau pendant toute la nuit. Je le maudis !

Aux lueurs du jour, je peux enfin dormir une heure, mon ennemi s’etant reveille. Mais il est deja temps de reprendre la route. Bien que j’adore cette marche, je n’ai plus de forces, je suis crevee, mes jambes tremblent. Et la, un gros obstacle : un enorme tronc couche nous barre la route. Il faut soit l’escalader soit ramper en dessous. J’opte pour l’option numero 1, trop fatiguee pour jouer les rambos. Mais au milieu de la manoeuvre, mes jambes me lachent, et pouf, je perds l’equilibre, tombe (heureusement de pas tres haut) et atteris de tout mon poids, fesse droite sur rocher pointu, autant dire  … Ouille! Vu la couleur de mon seant (dont je vous evite la photo), je devrais peut etre penser a faire un proces a ce sale ronfleur qui m’a tant epuisee et qui est donc responsable de ma chute (ah si seulement on etait en Amerique, certain que  je gagnerais) !

Bref, plus de peur que de mal et la rando continue, croisant fourmis geantes, araignees scorpions, mille-pattes enormes, lezards volants ressemblant a des mini dinosaures. Et pas mal de crottins d’elephants aussi. On rentre au bercail en pirogue mais ce coup-ci on est contents d’etre trempes : ca nous fait un bon bain (qu’est ce qu’on pue, c’est dingue).

On passe sur le chemin du retour par un village d’Orang Asli ou on apprend a tirer a la sarbacane et a faire du feu a la maniere des hommes prehistoriques. Sympa quoique ca nous met tous un peu mal a l’aise. On n’a pas envie de favoriser les zoos humains.  Ces gens qui vivent a la nomade comme leurs ancetres n’ont pas besoin d’etre photographies comme des betes curieuses. Je pense qu’il faudrait les laisser tranquilles mais en meme temps c’est interessant de voir comment ils vivent. A mediter…

Apres une grosse bouffe au village avec un couple de francais bien sympa rencontres pendant le trek (Laurie et David, si vous vous reconnaissez, envoyez nous vos coordonnees), gros dodo et lever tot le lendemain pour decouvrir le fameux pont suspendu du Taman Negara. C’est chouette, on est tout seuls dans la canopee, on entend les oiseaux, c’est calme et impressionnant d’etre si haut. On finit donc en beaute notre petit sejour nature.

De retour a Kuala Lumpur. Mimi et Steph ont ete adorables et nous ont laisse les cles de leur appart (eux sont rentres en Belgique pour 10 jours). On en est donc la, on attend notre visa Indien (en retard bien entendu… un avant gout de l’Inde) bien confortablement installes dans leur bel appartement.

Quel plaisir de se sentir un peu « chez soi », de pouvoir cuisiner nous meme, d’avoir un bon matelas, de regarder des dvds. Il ne fait pas tres beau mais on s’en fiche, ces quelques jours « comme a la maison »  vont nous permettre de nous ressourcer pour repartir de plus belle ! Prochaine destination : l’Indonesie ! On est deja tout exites…

Posted 8 ans, 5 mois ago.

5 comments

Dolce vita, de Kapas a Cherating (du 07 au 11/06)

Le moins qu’on puisse dire,  c’est que cette partie de voyage n’est pas franchement aventureuse ! A part un peu de debrouille pour se deplacer, on evolue comme des lambins sur la cote Est…

On est restes 2-3 jours sur la micro-ile de Kapas, a vrai dire on ne sait meme plus tellement les minutes se ressemblent quand on est en mode Robinson :-) L’Ile est encore tres preservee : aucune route (super), aucun resto-bar (un peu moins super), aucun magasin (pas pratique)… c’est donc tres tres mort mais tres tres beau.  On a fait le tour de l’ile a pieds, on s’est balades dans la jungle pleine de bebetes, on a snorkele parmis les raies a points bleus.  Sympa.

On a ensuite repris la route vers le Sud …en stop. Ca n’a pas l’air courant en Malaisie mais on est tombe sur des gens super sympas qui trouvaient ca comique de nous voir plantes la le pouce en l’air… Ils devaient etre fans de Pekin Express ;-)

Un petit arret a la station balneaire deserte de Rantau Abang, avec l’espoir d’entrevoir des tortues geantes. Il parait que c’est LE spot ideal car elles viennent pondre ici.  Mouais, tu parles, tous les locaux nous ont dit qu’elles avaient disparu depuis belle lurette.  Pauvres tortues.  Et pauvres nous, coinces dans ce trou !

On arrive finalement a Cherating.  Ca ne vous parle peut etre pas, mais le nom de ce village m’a tout de suite paru familier. Et pour cause : pendant les innombrables heures passees a feuilleter le catalogue Club Med dans ma jeunesse, la double page du Club de Cherating etait l’une de mes preferee ! Je l’ai usee des yeux celle-la ! Je me sens donc investie d’une nouvelle mission : aller fouler le sable du premier Club Med implante en Asie, qui m’a tant fait rever.

On apercoit le fameux trident geant apres une marche penible le long de l’autoroute. On a bien essaye d’y acceder par la plage principale mais notre route s’est arretee apres 10 minutes de marche pieds nus sur rochers ferreux aceres. Aie.

Le garde est clair : on ne passe pas ! Snif. On rentre bredouilles dans notre petit chalet et on se decide alors a faire une folie : le lendemain, on passera la journee au Club Med :-)

Vendredi, 11 heures : on se represente a la loge. Ce coup ci on a notre pass a la journee, le garde ne nous arretera pas, na!

WOW WOW WOW

On avait peur d’etre decus (on paie quand meme le prix de 3 jours de vie « normale »), on a ete en-chan-tes ! Tout est a la hauteur de leur reputation : jardins luxuriants, plages de reve, acceuil aux petits soins, piscine grandiose, bref un cadre exceptionnel et rafine ! Pfiouu.

Depuis peu, il n’existe plus que la formule tout-tout-tout compris.  On a donc un acces illimite au bar (j’en vois qui commencent a etre interresses). Au regime sans alcool depuis des semaines, on ne va pas vous cacher qu’on a fait peter les cocktails en tout genre et le vin avec notre repas du midi.  Wow, la aussi, parlons-en du repas.  Pour ceux qui ne connaissent pas les buffets Club Med, ca va etre dur a expliquer… Imaginez un buffet de cent metres de long, des plats exquis allant du sushi au hamburger, en passant par le poisson vapeur, le mechoui, la salade aux lardons, le houmous, les coquillages, la ratatouille, les dim-sum, le plateau fromage, les macarons, glaces, mousses au chocolat et on en passe… Argggg on en a quasi fait une attaque ! On n’exagere pas, ca fait des semaines qu’on mange du fried rice, alors rien que la vue de cette caverne d’ali baba de la bouffe, ca nous a mis la larme a l’oeil.

On a mange comme des ogres, tout etait absolument delicieux. On a bu du vin – un peu trop. On a fait le plus d’activites possibles : trampoline, trapeze, petit mur d’escalade, catamaran, pataugeage dans la piscine, promenade et sieste sur transats face a la mer de Chine…

On en a profite de ces 7 heures de pur luxe ! Un vrai plaisir qu’on a pu savourer a sa juste valeur, vu son caractere si ephemere. Bon allez, on avoue qu’on serait bien reste la semaine, mais a 1700 euros par personne, on s’est dit que ce serait un peu deraisonnable (juste un peu) !

On vous laisse avec les photos… Vous etes prevenus : c’est indecent :-)

Bisous bisous

Posted 8 ans, 6 mois ago.

8 comments

Tikal, Guatemala (du 25/02 au 27/02)

Nous revoila deja !

bon, on avait trainaille ces derniers temps donc on essaye de se rattraper maintenant.  On vous avait laisse a la frontiere mexico-guatemalteque (ca fait mal aux machoires de prononcer ca) qu’on a traversee en petite pirogue a moteur.  Vous aurez compris que la frontiere etait materialisee par une riviere, donc :-)

Premier contact avec les guatemalteques : faut marchander sec (d’aileurs ca rime).  Pour le bus, pour les chambres, pour tout… mais on commence a devenir bons, on va s’en sortir.  A commencer par le passage au poste frontiere (la traversee du fleuve faisait de nous des illegaux, on devait regulariser la situation a la douane la plus proche, pour recevoir notre nouveau cachet), ou on se rend compte qu’on a oublie de faire cacheter notre sortie du Mexique ! Glups… tant pis, quelques dollars reglent le probleme de ce cote, on verra bien en repassant au Mexique.

Bref, premiers bus locaux, et premieres rencontres, les gens sont vraiment sympas et ont le contact tres facile:  On arrive donc sur le lac Peten Itza, dans le village de El Remate, ou on loge 2 jours, histore de se reposer avant d’affronter le monstre local : le site de Tikal.  En attendant, balades sympas le long du lac aux eaux turquoises, sous le soleil et la jungle.  Vraiment superbe et reposant.

Puis vient le jour de voir Tikal. On est vraiment enthousiastes: lever a 5h, on veut etre dans les tout premiers, on arrive tout juste a 6h du mat’ pour voir le site avant les groupes et les grosses chaleurs, et avant que tous les bruits des bebetes de la jungle nocturne ne s’arretent.

Le site est gigantesque, les temples et palais mayas s’enchainent… grandioses.  Crevant, on n’arrete pas de marcher, dingue de s’imaginer qu’a peine un pourcent des monuments ont ete degages.  Ca donne envie de creuser partout et de ramener des masques en jade a toute la famille ! Enfin, je suis pas sur que vous les porteriez, c’est plus trop a la mode.

Comme le site est encore completement enfoui sous la jungle, il y a plein de bebetes partout.  On a pu voir des singes araignees, des singes hurleurs, des americains bruyants, des toucans, des oiseaux-dont-on-ne-dira-pas-le-nom-sinon-Bernard-nous-corrigera, des coatis, des sortes de petits capibaras, … Pas grand chose d’autre a dire, regardez les photos !

Retour a 14h a El Remate, on aura donc passe 8h sur le site, et on n’a meme pas tout vu ! On vous avait dit que c’etait grand ! On passe encore une petite journee a El Remate, parce que c’est beau et puis aussi parce qu’on a rencontre des gens sympas sur la route en revenant de Tikal.

C´est d’ailleurs avec nos compagnons Suisso-Israeliens qu’on reprend  la route vers la cote Caraibe, Livingston, la ville des rastasmans…

Apres 2 heures de barque tape-cul sur le Rio Dulce (magnifique, dit en passant), on arrive a cette bourgade perdue, et choc, on se croirait en Jamaique, fini le Guatemala ! Ils sont tous blacks, parlent anglais, tous ¨yeah man, no worries¨. Bon, nous on n ‘est pas fans a priori, mais on vous racontera ca bientot, on va rester la 1 jour ou 2 avant de repartir pour Antigua.

Sur ce, un bon ptit cocktail nous attend les amis :-) A bientot,

Posted 8 ans, 9 mois ago.

3 comments

Mexique chic, c’est fini ! (du 21/02 au 25/02)

Et voila… fini le luxe ! Notre route et celle de nos bienfaiteurs Limalois se sont separees :-( Petit message personnel, d’ailleurs: Alain, Therese: merci encore pour tout, on etait tres contents de passer un bout de temps avec vous. Karin, ce fut un plaisir egalement !

Pour nos lecteurs, desoles de vous avoir laisses en reste, voici donc la suite de la partie Chiapas…

Nous en etions restes a San Cristobal de las Casas… Apres avoir en vain tente de se joindre a la randonnee de 2 jours organisee par l’agence des parents de Pierol, on decide de les retrouver a Zinacantan, petit village dans la colline, que nous rejoindrons tout seuls, comme des grands (meme pas besoin de guide, na!). Mais, lorsqu’on nous dit pour la 3eme fois que les paysans des montagnes n’aiment guere qu’on se promene sur leurs terres et qu’on risque de se ramasser divers projectiles sur le chemin, on decide de ne pas passer par la foret et de betement suivre la route. Bon, la ballade est pas grandiose mais on arrive a destination pour manger une bonne tambouille dans la petite maison de torchis ou loge le reste de la troupe. Pour la petite histoire, les habitants de ce petit village portent tous des habits traditionnels brodes et sont un peu Shamanistes sur les bords. Voir avec les parents de Pierol pour plus d’explications, ils avaient un guide, eux :-)

On quitte ensuite la jolie San Cristobal pour Palenque. En route, on s’arrete pour visiter le site maya de Tonina. Merveilleux ! Un site accroche a la colline, par un temps magnifique et sans aucun touristes : le pied quoi !

Deuxieme detour par les cascades d’Agua Azul… On se dit que ce joli nom a ete trouve pour attirer les touristes, mais une fois sur place on doit bien avouer que l’eau est plus qu’ Azul ! Deuxieme belle surprise de la journee que ce petit coin de cascades sur fond de jungle et lac turquoise. On en profite pour faire trempette, c’est trop tentant, tant pis pour le jour qui se couche, on continuera la route dans le noir.  Hum, pas super idee vu le nombre de tournants, de topes ( les casse-vitesse casse-voiture) et de gens sur le cote de la route non eclairee ! A chaque fois qu’on arrive aux abords d’un village, des enfants se jettent litteralement sur la voiture pour nous vendre des fruits et biscuits. Hyper dangereux tout ca…

C’est donc bien fatigues qu’on s’installe dans nos petits cabanons a l’entree du site de Palenque.

Le lendemain, la visite de Palenque sous la brume matinale nous coupe le souffle ! Encore une fois, les Mayas nous ont construit des temples grandioses que la nature a bien pris soin de devorer au fil des siecles. Le site est tres touristique mais on a de la chance, il y a vraiment peu de monde.

Juste le temps de manger et hop hop, c’est parti pour un parcours sante dans la jungle, guides par un sympathique bonhomme local, plus ou moins autoproclame medecin-herboriste :-) Il nous explique comment il a passe 8 ans dans la foret a etudier les plantes…  Il a des remedes pour tout, du genoux casse aux regles douloureuses en passant par les morsures de tarentules. Selon lui, c’est infaillible. Assez drole d’ecouter tout ca en compagnie de 3 medecins « traditionnels » !

Apres un dernier diner gargantuesque a 5 (un poulet par personne, excusez du peu hein, fallait bien prendre des forces pour la suite en solos), nous nous dirigeons vers la frontiere avec le Guatemala, pour un ultime site cote Mexicain : Yaxchilan.

Desoles pour ceux qui n’y etaient pas, mais Yaxchilan, c’est grandiose ! Une vraie ambiance d’Indiana Jones.  On est partis en Lancha (comprendre longue pirogue a moteur) bien tot pour etre les premiers sur le site. Et on a ete bien inspires, pcq a part les 3 sympathiques francais avec qui on partageait l’embarcation, il n’y avait absolument personne.

Comme on ne peut y acceder qu’en bateau, le site est hyper calme. Les seuls bruits etaient ceux des singes hurleurs et des oiseaux. Et parfois une petite brise qui faisait crisser les feuilles, ajoutant encore un peu plus de mystique a l’endroit.

Quel plaisir de se ballader de temple perdu en temple perdu, avec au loin le murmure de la foret.  Ambiance tres  » Lost », on verrait bien sortir une epaisse fumee noire de la foret (pour les connaisseurs) ! On prend notre temps, on joue les explorateurs, on emprunte les tunnels de l’inframonde dans le noir, on slalomme entre les chauve-souris… Franchement, je n’exagere pas. Un grand moment !

L’apres-midi fut consacre au voyage vers le Guatemala: folklorique ! (voir post suivant)

PS: Excusez les photos de « vieilles pierres » mais c’est tout ce qu’on peut vous offrir. L’ambiance ne peut pas s’envoyer par internet, c’est dommage…

Posted 8 ans, 9 mois ago.

4 comments

San Jose et Quepos (12/01 et 13/01)

Nous voila donc au Costa Rica… apres deux vols bien mouvementes. On a d’ailleurs eu un petit coup de chaud a l’atterrissage a San Jose, mais nous sommes la, entiers et bien heureux de ne pas devoir penser au prochain avion avant 3 semaines!

Quel changement! D’abord les gens… Super sympas : les premiers ticos (=Costaricains) rencontres dans l’avion… nous ont invite a loger chez eux apres 2 heures de papotte! Un couple super sympa, avec 2 enfants, qui revenaient de Disney World. Domi pense que son voisin de siege est Costa Ricain, il confirme et on en profite pour lui poser plein de questions sur le pays. Une chance, vu qu’on avait absolument rien prepare (houuu) et on avait aucune idee d’itineraire pour ces 3 semaines. De fil en aiguille, on en arrive a parler du prix des hotels, et ils nous proposent de dormir chez eux. Mentalite plutot sympa, donc !

Le decor aussi a change : apres une journee dans la banlieue chic de  San Jose chez nos nouveaux amis, direction la cote Pacifique, a Quepos (4h de bus), pour visiter le parc national Manuel Antonio.  De la jungle , des palmiers, des plages de reve, une eaux turquoise… on en prend une fois de plus plein la tronche!  Il y a aussi pas mal de bebetes inhabituelles, on a eu droit a notre premier paresseux (ici, je veux dire… en Belgique j’en avais deja rencontres), des singes-ecureuil (apparement tres rares), un iguane-punk, un petit coati curieux et des oiseaux dont je ne citerai pas le nom de peur que Bernard me reprenne.

Et pour le temps… on fond : il fait hyper chaud, la temperature de l’eau avoisine les 30 degres et il y a plein soleil.

Bref, vous le voyez, le Costa Rica c’est vraiment horrible  pour le moment ;-) On vous avait pourtant tendu des perches… vous n’aviez qu’a venir !!!

Bisous a tous, on va aller se boire un petit cocktail avant d’aller manger…

Posted 8 ans, 11 mois ago.

17 comments

Isla del Sol et Noel a Copa (22/12 au 24/12)

Coucou tout le monde !

On vous souhaite a tous de passer de belles fetes de Noel. On suppose que ce sera foie gras a foison… Pour nous, ce sera encore de la truite (ca grouille ici, voir photos).

On vient de passer deux jours sur l’Isla del Sol, superbe petite ile sans voitures,  pleine de belles vues.  Balades sous le soleil (la saison des pluies serait-elle deja finie ?), et logement dans un mignonet petit hotel (cher : 4 euros :-)) avec vue sur le coucher de soleil… un peu caillant, mais superbe. (PS de Domi: Pierol aime particulierement cette ile pour ses petits habitants, les scarabees pousseurs de crottes. Il a passe une bonne demi heure a les observer… Esprit scientifique, dit-il. Moi je dis periode pipi-caca pas encore terminee !)

Le lendemain, retour a Copacabana (Copa, on devient intimes), et petite folie : on est tombes sur le plus bel hotel du monde.  4 suites pleines de charme, avec lit rond, hamacs, eau chaude (c’est rare ici) vue epoustouflante, douche en colimacon, le tout avec plancher en rondins de bois… franchement exceptionnel, on n’a jamais dormi dans un si bel hotel ! Le tout pour la modique somme de 26 euros… malheureusement c’est complet le reste de la semaine, sinon on serait restes ! Pour ceux que ca interesse, c’est l’hotel Las Olas, une perle.

Ce soir, c’est Noel.  On s’est trouve un autre petit hotel (avec cheminee) et on va probablement s’enfiler quelques piscos au soleil avant une enieme truite :-) Mais pas de sapin, pas de cadeaux … on ne se sent pas vraiment en reveillon a vrai dire.

On vous laisse sur les belles vues de l’Isla del Sol !

Bisatous

Posted 8 ans, 11 mois ago.

1 comment

Valparaiso (30/11 au 01/12)

C’est moi, Domi, qui insiste pour ecrire ce mot-ci, pcq cette etape me tient a coeur. Ahhh Valparaiso… Quel contraste avec notre etape precedente! Une douzaine d’heures de bus nous separent a present de Pucon et son inoubliable volcan.

Finalement, arriver dans une grande ville a 7heures du mat’ un dimanche, ce n’est pas si mal que ca. On ne savait pas a quoi s’attendre, on etait un peu perplexes (vous connaissez notre hostilite a l’egard des grosses villes) et, surprise, on tombe direct sous le charme de cette cite encore toute endormie, decouvrant peu a peu ses petites maisons colorees et ses enormes edifices au style « Playmobil Belle Epoque » aux tons pastels , au bord d’ocean Pacifique et sous un soleil magnifique…

Le quartier ou nous logons est comparable a une boite de macarons : petit, mignon, colore et delicieux! On est sur les hauteurs de la ville. On pourrait croire que les habitants sont nes avec des pinceaux a la place des doigts ici! Ils peignent tout, et ca change absolument TOUT ! Meme les maisons les plus moches sont belles ! Certaines sont construites en tôle ondulees mais elles sont peintes en bleu turquoise, en jaune, en rose flash. Les murs sont plein de tags, mais des tags d’artistes magnifiques, colores, j’appellerais plutot ca des fresques. Les escaliers les plus glauques se transforment en arcs-en-ciel, il leur a suffit de peindre chaque contre-marche d’une couleur differente… Ca y est, je l’ai trouvee ma ville Bisounours :-) :-)

A cela s’ajoute le cote un peu boheme de notre quartier, avec des petites boutiques d’art en tout genre , des resto-lounges et des bars qui rivalisent de creativite niveau deco. Un peu une sorte de Montmarte chilien pour comparer a du connu, sauf qu’a nos yeux, c’est 100 fois mieux que l’original. Et le soir, dans la nuit, on est encercle d’une multitude de petites loupiottes qui donnent encore un autre cachet a la ville. On adore. Vraiment.

Bon bien sur, faut faire un peu gaffe a ses affaires dans le centre et la ville a aussi ses quartiers chauds, mais dans l’ensemble, c’est vraiment sympa.

On s’est pas mal balades le long de la côte, ou on a d’ailleurs pu dire bonjour a 2 gros phoques (ou apparentes, on n’a pas ose leur demander leur passerport). Et puis dans les ruelles aussi… on monte, on descend, on remonte etc… ca fait quelques seances de step gratos, c’est tres bien tout ca (la ville est batie sur 45 collines)! Et ca economise les billets des « ascenseurs urbains », sorte de mini-cabines a cremailleres bancales qui amenent les curieux aux plus beaux points de vue de la ville.

On a pousse jusque « Horcon », une bourgade de pêcheurs a 1h30/2h de bus de Valparaiso, recommandee par le guide du routard. Merci le Routard: depaysement total de nouveau: plages de sable blanc desertes (sauf un gars tout nu, debout, face a l’Ocean…), palmiers, cactus, vieux pecheurs amis des pelicans (incroyable ces oiseaux! Enooormes!) et pêche au crabe dans les rochers…  Ahhhh c’est a mon tour de profiter, apres tout Pierol a eu son quota de randos en montagne :-)

Ce soir, bus de nuit pour Mendoza. Oui, on quitte le Chili ! Back to Artgentina. Ce fut court mais bon, on n’aura que des bons souvenirs, que ce soit les lacs, le volcan ou la côte. On vous laisse quelques photos pleines de soleil pour vous rechauffer un peu ! On vous retrouvera de l’autre cote de la frontiere, pour la route des vins de Mendoza a Jujuy…

Posted 9 ans ago.

7 comments

Iguazu… tadam (12&13 novembre)

Arrivee donc a  Puerto Iguazu mercredi fin de journee.  Tres sympathique ville, toute en terre rouge, on a de la boue plein les pieds (il pleuvait a notre arrivee). On visite quelques petits hotels et on se pose finalement dans une petite guesthouse sympa et bon marche… premiers cafards quand meme :-)

On a rencontre ce jour la un couple de Francais tres sympas, qui nous ont meme offert un verre le soir (petit coucou en passant a vous, les Champenois dont on ne connait meme pas les noms … et merci encore!).

Le lendemain, visite des chutes cote argentin.  On se croirait a Walibi : petits trains, files de gros touristes venus en masse en excursions organisees, petits chemins proprets, etc.  Bref un peu decevant… jusqu’a ce qu’on arrive devant les chutes.  Glup : des cascades sur 5km de long, hautes parfois de plus de 80m.  Grandiosissime ! On oublie les hordes de touristes devant une nature aussi gigantesque et puissante.  Respect.

Beaucoup de petits animaux sympas aussi : coatis, toucans, papillons et fourmis  enormes… On a donc passe toute la journee a s’emerveiller, en partie sous la pluie, en partie sous un enorme soleil.  Je ne m’eternise pas dans le texte, les photos parlent d’elles memes.

On est rentres les pieds en compote  (apres une belle journee de 8 heures de marche) super heureux.

Le lendemain, rebelote : les chutes, mais vues du cote bresilien cette fois.  C’etait tout aussi impressionnant : on s’approche a deux pas de la « gorge du diable », histoire d’etre completement assourdis… et trempes.

Rencontres vraiment sympa dans le bus : un ptit suisse tour-du-mondeur et un couple de co-belges (avec une bonne connaissance commune d’ailleurs, le monde est vraiment tout tout petit) avec qui nous avons partage pas mal de bieres  le soir.  Un tout bon moment, merci Nic & Perrine! On essayera de se revoir, peut etre pdt  votre tour du monde l’annee prochaine.

Ces quelques jours nous ont donc vraiment beaucoup plus. On est tout bronzes… mais aussi tout bouffes des moustiques. Ce soir on est de passage oblige a Buenos Aires (beeeeekkkk et re-beeeek) en transit pour El Calafate: direction la neige et les glaciers, tout au Sud de la Patagonie. Ca va nous changer des 35 degres a l’ombre d’Iguazu !

C’est tout… pour le moment :-)

Posted 9 ans, 1 mois ago.

10 comments

Parque Nacional del Palmar (8&9 nov)

Decidement on trouve internet partout ! Apres une magnifique journee hier dans le parc national El Palmar, nous voici sur une aire d’autoroute a attendre desesperement le bus vers le nord (plus que 5h a tuer).  On n’a donc rien d’autre a faire que vous raconter la journee d’hier… enjoy :-)

On esperait pouvoir dormir en VIP dans le chalet de l’administration du parc (suite a notre rencontre avec Diego, une connaissance du directeur), mais on a du se contenter d’une tente au camping.  Ce qui n’est pas mal non plus… y a juste plus de bebetes et moins de matelas (pas de matelas du tout, en fait… aie mon dos).

Une fois le campement installe, on est partis pour une rando de 4h sous un soleil de plomb.  Curiosite : personne ne marche, ils vont tous voir les points d’interet en voiture.  Faineantise ou peur des jaguars et des crocos ? On ne le saura jamais.  Les paysages sont dignes de Jurassic Park, on  s’attend a tout moment a voir un cou de diplodocus emerger des forets de palmiers.  Tout ce qu’on a vu c’est quelques capybaras (treees gros rongeur) et beaucoup d’oiseaux (Bernard aurait apprecie).

Le soir, on decide de faire un bbq.  Nous-memes… Moi (Pierol) j’opte pour une piece de boeuf de 1.2kg, aux dires du vendeur c’est la quantite normale pour un couple argentin.  Mouais, Domi avait raison, la moitie aurait suffi (mais il a bien fallu tout manger, au risque d’attirer les « gros chats » du coin). 

Petit diner intime donc a la lueur des bougies, jusqu’a ce qu’on se rende compte qu’on n’est pas seuls (taadaaaa, petit jingle angoissant).  Des dizaines de vizcahas nous regardent avec leurs petits yeux percants.  C’est un croisement entre un lapin et un rat, mais aussi gros que Sushi ! Jusque la, ca va, mais leurs amis les crapauds geants viennent les rejoindre :-)  On etait contents de se refugier sous la tente.

Ce matin, place aux iguanes, chacun a son horaire dans ce parc on dirait.  Quelques photos pour illustrer tout ca… comme vous le voyez, on profite bien !

Demain, ruines des missions jesuites a partir de San Ignacio: tout le monde ici nous dit que c’est magnifique.  On continuera ensuite vers Iguacu.

On vous laisse on va prendre le soleil sur le parking de la station-service.  C’est beau l’Argentine :-)

Posted 9 ans, 1 mois ago.

9 comments