Domi et Pierol au tour du monde

Novembre 2009 – Novembre 2010
Abonnez-vous

Les rois de la jungle (12/06 au 21/06)

Avant-propos : comme d’hab j’ai laisse Domi rediger ce loooong post, vous reconnaitrez son style :-).  La prochaine fois, je serai moins faineant, promis !

Bon, n’allez pas croire a la lecture du dernier article qu’on n’aime plus l’aventure ! Loin de la. Apres notre journee Club Med, on s’est tout de suite remis dans le bain avec une petite etape au lac Chini. Un bien beau lac, dans une jolie region de plantations de palmiers. On fait halte a la Raja Jones guesthouse, seul logement du village.  Le guide du Routard en fait un resume elogieux, on est donc enthousiastes, malgre le ciel noir qui annonce un orage carabine.

O deception : le si dynamique Mr Raja, guide nature et organisateur de treks originaux s’est mue en un vieux bonhomme a moitie sourd, completement a cote de ses pompes, qui n’a visiblement plus tres envie de crapahuter dans la jungle et ne veut pas nous emmener randonner. Ben merde alors, c’etait pour ca qu’on etait venus :-( Il nous promet neanmoins de nous trouver un guide le lendemain.

On passe la nuit dans une sorte de cageot en bois geant, que decoupent en « chambres » quelques panneaux en bois. Le matelas est plus fin que le plus fin des futons du Japon, les draps sentent le vieux sur et on partage notre nuit entre regarder les puces faire des bonds sur le sol et ecouter les hurlements des chiens galleux qui font le guet sur le pas de la porte. Ah oui, j’en oubliais presque les doux ronflements du fils de la maison. Delicieux …

Maigre consolation, le lendemain, apres avoir attendu midi que Mr Raja se reveille (!) on prend la route des plantations accompagnes de deux dames Orang Asli (peuple de la jungle, a present bien acclimate a la vie moderne). C’est sympa, elles nous font un mini cours de survie dans la jungle, on goute a des racines, on boit l’eau des lianes. Elles ne parlent pas un mot d’anglais alors ca rend les choses un peu compliquees, on ne comprend pas tout ce qui se passe, surtout quand on les voit degommer des palmiers a la machette et se mettre a les depiauter comme des folles en transe . Ce n’est qu’apres un bon quart d’heure qu’elles nous tendent une sorte de baton blanchatre et nous font signe de le manger qu’on comprend qu’il s’agit des fameux coeurs de palmiers.  C’est goutu mais on se sent un peu genes, il ne fallait pas deforester un metre carre de jungle pour nous ;-)

Bon, ce fameux lac qui n’est en fait pas fameux du tout ne valait pas reellement le detour, mais au final, on en rigole, ca nous fait des souvenirs … c’est le plus important.

On a ensuite debarque le 14 a Kuala Lumpur, la capitale. On doit y faire nos demandes de visas pour l’Inde et la Chine, et on en profite pour dire bonjour a Michele et Stephane, rencontres en Argentine. Ils habitent et travaillent en Malaisie depuis 5 ans et se sont construit une jolie petite vie ici. Ils nous acceuillent chez eux pour quelques jours, on est choyes,  le panard total :-) Malheureusement, on n’aura pas trop l’occasion de voir Michele, qui vit pratiquement a son bureau et ne rentre que pour dormir quelques heures par nuit. Ca nous fait un choc, on avait un peu oublie ce que c’est de bosser a force de vadrouiller…

Les demandes de visas lancees, on se met en route pour le parc national de Taman Negara, une des plus vieille forets du monde, plus vieille meme que l’Amazonie ! On va y passer 3 jours avant de revenir a KL.

L’entree du parc est situe sur une riviere. Le petit village est calme, juste quelques guesthouses et restos. Mais on ne vient pas ici pour ca, c’est les randos dans la jungle et les ponts suspendus qui attirent les touristes. Pour nous, ce sera la formule trek de 2 jours/1nuit.

On commence par remonter la riviere en pirogue a moteur. La frele barque de bois est overchargee : on est vraiment lourds et on se prend plein d’eau dans le bateau ! On est trempes, les sacs aussi, sans parler des matelas en mousse et sacs de couchage. Ca commence bien…

Apres 2 bonnes heures de Riviere Sauvage on se met enfin en marche a travers la jungle epaisse. On est un groupe de 8 menes par un guide local bien sympa qui nous raconte ses rencontres avec les elephants sauvages et un tigre lors de treks precedents. Bon, on ne se fait pas trop d’illusions, si on voit des fourmis, ce sera deja bien…

La rando est excellente, un peu dure au debut, surout avec 10kg sur le dos sous 35 degres bien moites, mais ca vaut le coup. On croise de nombreuses bebetes (dont des sangsues bien deguelasses qui s’agrippent a nos pompes dans l’espoir de nous sucotter les mollets) mais pas de gros bestiaux. Les arbres sont gigantesques, les racines sinueuses tellement grandes qu’on dirait  des escaliers poses la expres pour nous faire suer un peu plus ! On se sent tout petits…

La nuit, on la passera dans une grotte, ca on le sait, c’etait annonce. Mais notre guide nous emmene d’abbord en visiter une autre… remplie de chauves souris ! Tellement de chauves souris que le sol n’est qu’un tapis de guano, de la merde de chauve souris pour ceux qui ne connaissent pas :-) Et qu’est ce que ca attire le guano ? Des cafards ! Des tonnes de cafards !

Imaginez un peu (ames sensibles s’abstenir) : une grotte a l’odeur nauseabonde et si particuliere du guano, une obscurite quasi totale, des couinements grincants et bestioles virevoltantes a quelques centimetres de vos tetes. En evoluant dans la galerie, on sent du mou sous nos pieds… machinalement, on dirige la lampe torche vers le sol, pour decouvrir que le sol bouge, grouille… mais mais, ce n’est pas le sol sur quoi on marche, c’est sur un tapis de cafards ! Mhhhhh :-)

C’est la qu’on se demande comment sera « notre » grotte. Pas trop envie de faire dodo dans ce decor…

Et puis finalement on decouvre notre logis et c’est a couper le souffle! Magnifiques formations calcaires, sol quasi exempt de cafards (bon on se doute bien qu il y en a la, caches derriere les rochers mais mieux vaut pas trop y penser), en plus on n’est pas seuls, un autre groupe de randonneurs s’est deja installe, ils ont fait un feu et l’ambiance nous plait.

On se lave au coucher du soleil dans la riviere, c’est froid mais plaisant, surtout quand les lucioles se mettent a briller dans la nuit. Notre guide (Didier, DJ, Didchier ?) nous concocte une bonne tambouille bien epicee. Franchement, jusque la, rien a redire. On sait que dormir a meme le sol risque d’etre eprouvant mais on est bien la, perdus dans notre grotte. Il parait meme que les elephants viennent parfois s’y refugier et lecher les parois salees. Mouais, pas cette nuit svp :-)

Et puis ce qui devait arriver arriva. Rien n’aurait pas etre pire. Ce bruit… Est ce un elephant enerve ? Un ours hibernant ? Un chant de guerre d’une tribu de canibales de la jungle ? … Non… c’est un mec de l’autre groupe qui RONFLE comme un goret ! Au secours, je crie au sabotage ! Cette belle experience de nuit en pleine nature se transforme en cauchemar ! Le porc n’arrete pas une minute. J’ai beau siffler, raler, pester, le flasher avec ma lampe, et meme lui balancer une bouteille d’eau vide en desespoir de cause : rien ne l’arrete. Le bruit insuportable resonne sur les parois de la grotte et m’explose le cerveau pendant toute la nuit. Je le maudis !

Aux lueurs du jour, je peux enfin dormir une heure, mon ennemi s’etant reveille. Mais il est deja temps de reprendre la route. Bien que j’adore cette marche, je n’ai plus de forces, je suis crevee, mes jambes tremblent. Et la, un gros obstacle : un enorme tronc couche nous barre la route. Il faut soit l’escalader soit ramper en dessous. J’opte pour l’option numero 1, trop fatiguee pour jouer les rambos. Mais au milieu de la manoeuvre, mes jambes me lachent, et pouf, je perds l’equilibre, tombe (heureusement de pas tres haut) et atteris de tout mon poids, fesse droite sur rocher pointu, autant dire  … Ouille! Vu la couleur de mon seant (dont je vous evite la photo), je devrais peut etre penser a faire un proces a ce sale ronfleur qui m’a tant epuisee et qui est donc responsable de ma chute (ah si seulement on etait en Amerique, certain que  je gagnerais) !

Bref, plus de peur que de mal et la rando continue, croisant fourmis geantes, araignees scorpions, mille-pattes enormes, lezards volants ressemblant a des mini dinosaures. Et pas mal de crottins d’elephants aussi. On rentre au bercail en pirogue mais ce coup-ci on est contents d’etre trempes : ca nous fait un bon bain (qu’est ce qu’on pue, c’est dingue).

On passe sur le chemin du retour par un village d’Orang Asli ou on apprend a tirer a la sarbacane et a faire du feu a la maniere des hommes prehistoriques. Sympa quoique ca nous met tous un peu mal a l’aise. On n’a pas envie de favoriser les zoos humains.  Ces gens qui vivent a la nomade comme leurs ancetres n’ont pas besoin d’etre photographies comme des betes curieuses. Je pense qu’il faudrait les laisser tranquilles mais en meme temps c’est interessant de voir comment ils vivent. A mediter…

Apres une grosse bouffe au village avec un couple de francais bien sympa rencontres pendant le trek (Laurie et David, si vous vous reconnaissez, envoyez nous vos coordonnees), gros dodo et lever tot le lendemain pour decouvrir le fameux pont suspendu du Taman Negara. C’est chouette, on est tout seuls dans la canopee, on entend les oiseaux, c’est calme et impressionnant d’etre si haut. On finit donc en beaute notre petit sejour nature.

De retour a Kuala Lumpur. Mimi et Steph ont ete adorables et nous ont laisse les cles de leur appart (eux sont rentres en Belgique pour 10 jours). On en est donc la, on attend notre visa Indien (en retard bien entendu… un avant gout de l’Inde) bien confortablement installes dans leur bel appartement.

Quel plaisir de se sentir un peu « chez soi », de pouvoir cuisiner nous meme, d’avoir un bon matelas, de regarder des dvds. Il ne fait pas tres beau mais on s’en fiche, ces quelques jours « comme a la maison »  vont nous permettre de nous ressourcer pour repartir de plus belle ! Prochaine destination : l’Indonesie ! On est deja tout exites…

Publié dans Animaux and Malaisie il y a 8 ans, 4 mois à 7 h 56 min.

5 commentaires

5 commentaires

  1. De Papa juin 22nd 2010

    Hello les aventuriers, quel texte, et les photos supers, que d’aventures vecues, reposez vous bien chez vos amis, ici tout est tjrs OK avec beau soleil mais du vent, gros bisous de Papa qui pense tres fort a vous 2, a tout bientôt.

  2. Bon Domi, t’es prête pour Koh Lanta?

  3. Quelles aventures, délicieusement narrées par ailleurs ! Content de voir que vous en profitez pleinement. Mais après avoir vécu et vu temps de belles choses, pourrez-vous à nouveau apprécier la banalité d’un train train quotidien? ;-).

    Nicolas

  4. coucou les poulets!
    Whouaaaaaaa je vous admire!!!Moi je pourrais pas faire le 1/4de ce que vous faites.Marcher avec 10kg sur le dos pdt des heures, manger de la tambouille épicée en pleine brousse et dormir sur le sol parmis pleins de bestioles!!!!Brrrrrrrr rien que d’y penser j’en ai la chaire de poule!!!
    Par contre comme le dis Nico, moi aussi j’apprécie énormément ta façon de nous relater vos aventures, tu pourrais écrire un livre de vos aventures.
    Sinon et bien nous on boss!!!!!:-))))
    Et dans 2sem on part en france (1sem dans les alpes et 1sem en provence) c’est pas aussi prestigieux que vous mais ca nous fera du bien.
    Et grande nouvelle on a enfin du soleil !!!! Il était temps.
    Bon je vous laisse , gros bisous et a+

  5. merci pour ces narrations toujours rendues palpitantes par le beau style de Domi!
    Vous êtes bien organisés et vous alternez aventures-à-la-dure avec farniente!
    10 kg sur le dos , c’est pourtant pas grand chose!
    Question existentielle: les matelas trempés par la rivière à l’aller étaient-ils secs dans la grotte aux ronflements assourdissants des chauve-souris copulant avec les éléphants?
    bonne poursuite de voyage et beaucoup de bisous!
    Paps et mams


Laissez un commentaire

You must be logged in pour laisser un commentaire.